Ajouter un commentaire

Jacno / Facade

Mercredi, 7 Novembre, 2012
Jacno

...3...

Façade magazine n° 10 / 1981 / Paris / France

Avec juste 13 numéros à son actif, Façade reste le premier magazine français "branché" de l'histoire. Créé par Alain Benoist en 1976, il peut se targuer d'avoir eu comme contributeurs des gens tels que, Yves Adrien, Pacadis, Jean-Baptiste Mondino, Jean Edern Hallier, Guy Cuervas ou bien encore Thierry Ardisson...

Michel Gaubert (illustrateur sonore) : "Façade était au même titre que le Palace le reflet d'un Paris novo. Pas de censure, les punks côtoient les filles de bonnes familles, leurs mamans les nouveaux banlieusards, et les hommes aiment les femmes qui veulent être des hommes qui aiment les femmes. Karl Lagerfeld s'offre des pages de publicité pleine d'humour et nous offre des fêtes incroyables, Thierry Mugler impose son univers fantasmagorique, Edwige est à la fois la reine des punks, reine de la nuit, et cover girl. Entre deux shootings, Djemila nous donne un coup de punk et de funk à la Main Bleue, Paquita s'appelle Paquin, Maud s'appelle Molyneux et Fabrice Emaer fait du Palace un lieu de ralliement mythique. Au rayon déco, Philippe Starck annonce le fuselage, Philippe Morillon se met à l'aéro, Pierre et Gilles ont un déclic et Christian Louboutin fait ses premiers pas au sous-sol du Palace où figure la sublime et stupéfiante Eva Ionesco qui inspirera Jeremy Scott 20 ans plus tard. Alors que Kenzo et Irié donnent dans le pantone, Serge Kruger fait dans le monochrome et invente le slooghy, pendant que le ska et la new wave réhabilitent le look du début des années 60. Le recyclage est parti ! Grace Jones devient Goude, Nina Hagen est la nouvelle walkyrie, Elli est Jacno, Taxi Girl cherche le garçon, Kraftwerk sont des robots, et les B52's dansent sur la planète Claire. James Brown a un fils qui s'appelle James White, tout le monde avoue que le Freak c'est Chic et se pose la question: Are we not Men ? We are Devo ! Andy Warhol est à Paris, Alain Pacadis aussi, nous avons tous notre quart d'heure de gloire, ne serait-ce qu'en dernière page de Façade."